PRODUCTION D’ECRIT : au CE1 et CM2 à l’aide des tablettes

Classes de CE1 de Mme Angot et Mme Beaumont et classes de CM2 de M. Nowicki et M. Eschenauer -Ecole Elémentaire Saint-Exupéry – Longjumeau

Situation :
Présenter aux familles, lors de la journée porte ouverte, des productions écrites réalisées à l’aide d’un outil numérique.

Appli(cation)s :

Puppet Pals, utilisée par les CE1

Book Creator, utilisée par les CM2

Mise en oeuvre du projet CE1 :
Il s’agissait pour les élèves d’utiliser la ressource numérique «Puppet Pals» pour s’entraîner à oraliser puis à écrire un court récit en respectant la structure narrative.

La structure narrative du récit avait été travaillée par l’enseignante en amont.

  • Appropriation de l’application : (2 séances de 40 min)

Les élèves, par groupes de 8, ont appris à manipuler l’ipad. Ils ont intégré très facilement le geste de « glisser » pour déverrouiller et changer de page, ainsi que celui de la « pression tactile » pour ouvrir un dossier, ouvrir Puppet Pals, et agir au sein de l’application.

Les élèves ont découvert les personnages qu’ils pouvaient mettre en action, les différents lieux proposés. Ils se sont enregistrés, se sont écoutés. Ils ont changé de personnages, de lieux, de récits autant de fois qu’ils le désiraient.

Cette phase que l’on pourrait appeler « jeu » était nécessaire pour pouvoir lors des séances suivantes, dépasser l’aspect ludique pour un réel apprentissage.

 

  • Production d’un premier récit : (1 séance de 60 min)

L’objectif était de mettre en évidence la cohérence du récit en s’écoutant et de pouvoir recommencer son récit si nécessaire.

Chaque élève devait choisir individuellement 2 ou 3 personnages, 2 ou 3 lieux en adéquation avec les personnages et produire un récit. L’enseignante de la classe avait préalablement repositionné la structure du récit (une situation initiale, un déroulement et un dénouement).

Les élèves ont montré beaucoup d’enthousiasme à se mettre au travail. Lors de l’écoute de leur production, il a été mis en évidence qu’ils avaient oublié de commencer leur récit par « Il était une fois », « Un jour », « Il y a bien longtemps », et qu’ils avaient omis de décrire comment le héros résolvait son problème.

Les élèves ont donc recommencé leur récit et leur enregistrement. Mais à la seconde écoute, il s’est avéré que le récit était très souvent complètement modifié.

L’enseignante en a conclu que l’application ne pouvait pas être utilisée directement à l’oral, mais qu’il fallait une aide écrite pour les élèves, avant d’utiliser l’application Puppets Pal.

 

  • Enregistrement d’un  nouveau récit : (2 séances de 60 min)

Connaissant les personnages et les lieux qui pouvaient être utilisés dans Puppet Pals, les élèves ont défini en amont la structure de leur récit en remplissant un document écrit. Ils ont produit une ébauche du déroulement de celui-ci à l’aide de mots clés et d’une ou deux phrases.

Ainsi, cette fois par groupe de 2, 3 ou 4 élèves selon leur niveau de difficulté, les élèves ont produit des récits plus structurés. Avec l’aide de l’adulte, et de la fiche, l’écoute a permis de mettre en exergue les manques ou incohérences. Les élèves ont pu alors effacer leur production, l’enregistrer à nouveau, tout en gardant le même cadre et en l’améliorant. Chaque production a été enregistrée définitivement et transférée dans « iphotos » pour la dernière étape du travail.

 

  • Passage à l’écrit : (1 séance de 60 min)

Après avoir expliqué aux élèves qu’ils pouvaient retrouver leur film d’animation dans iphotos, et qu’ils pouvaient utiliser les fonctions de base d’un lecteur CD (arrêt, pause, avance rapide, retour arrière), ils ont été équipés d’écouteurs et ont retranscrit par écrit leur récit.

Le passage à l’écrit s’est révélé moins coûteux et moins périlleux, puisqu’il s’agissait d’écouter l’histoire par morceaux et de la transcrire.

Mise en oeuvre du projet CM2 :
Les élèves de CM2 ont utilisé la ressource numérique « Book Creator » pour réaliser un livre numérique afin de mettre en valeur des textes poétiques lus et produits en classe. Ils ont également appris à enregistrer leurs documents en ligne.

En parallèle, un intervenant a travaillé avec les enseignants sur la création et la déclamation de textes poétiques.

  • Créer son 1er livre numérique : (2 séances de 30 min)

Les élèves, par groupes de 4 ou de 8, selon leurs besoins, ont appris, tout comme les CE1, à manipuler l’ipad. Les rudiments ont très vite été acquis. Les élèves ont alors pu suivre la fiche méthodologique préparée en amont par l’enseignant, leur permettant de créer leur livre.

L’objectif était de créer un livre au format portrait, d’insérer du texte pour écrire le titre du livre, puis d’insérer une photo se trouvant dans un fichier ressources et une photo prise par l’outil « appareil photo » de l’ipad. Les élèves devaient enfin nommer le livre et l’enregistrer en ligne.

 

  •  Enrichissement progressif du livre numérique (séances de 45 min à 1h)

Durant les séances suivantes, les élèves ouvraient récupéraient leur livre numérique en l’important dans Book Creator et poursuivaient leur travail de création. Ainsi ils ont été amenés à :

– Chercher dans le dossier « texte poétique »  des textes qu’ils avaient préalablement saisis sous Open Office. Cela devait être au moins une poésie apprise depuis le début du CM2 et au moins un slam écrit avec l’aide de l’intervenant poétique.

– Copier ce texte, le coller sur une nouvelle page du livre numérique, et le mettre en forme à l’aide des outils que propose cette application.

– Enregistrer via l’importation audio ou vidéo les poésies inserées dans le livre numérique.
Cette étape du travail a été très enrichissante en vue de l’écoute, des conseils du camarade et surtout la possibilité de se corriger et de refaire.

– Corriger ses erreurs de frappes en effectuant un travail de relecture avec l’aide du dictionnaire et du cahier de règles.

Conclusion :
L’utilisation de l’outil TICE a permis aux élèves de réaliser avec enthousiasme une production d’écrit dans les deux cycles. Tous les élèves ont été persévérants dans la tâche. Ils ont pu s’autoévaluer, s’essayer, refaire. Un tutorat s’est instauré naturellement entre pairs.

Cependant ce projet a nécessité un travail de préparation, d’anticipation et de finalisation important pour une courte période de travail. Il serait intéressant de considérer ces productions comme une phase d’appropriation, et de pouvoir réutiliser les tablettes numériques à un autre moment pour un réinvestissement et un transfert de compétences.

Les commentaires sont fermés.